Date
  • 18/07/2018
presentation

2017 a été une année phare pour le commerce équitable au Luxembourg. Pas seulement à l’occasion des nombreux événements de sensibilisation qui ont marqué ce 25ème anniversaire mais aussi grâce à une croissance à deux chiffres.

Les consommateurs du Luxembourg ont dépensé plus de 19 millions d’euros en produits certifiés Fairtrade. Le chiffre d’affaires généré par les ventes de produits Fairtrade des différents partenaires de l’ONG a augmenté de 27% par rapport à 2016. La consommation moyenne annuelle par habitant passe donc à 32 €, ce qui place le Luxembourg au 6ème rang des meilleurs pays consommateurs de produits certifiés Fairtrade. L’Irlande, avec 71,60 € par habitant est en tête, suivie de très près par la Suisse (71,27€), la Finlande (42,50 €), la Suède (37€) et l’Autriche (35€). Au cœur de l’Europe, le Luxembourg se démarque néanmoins fortement de ses voisins frontaliers, à savoir la Belgique (11,80 € – chiffres 2016), l’Allemagne (16€) et la France (8€).

Café : Prix mondial au plus bas – forte hausse des ventes du café Fairtrade de partenaires luxembourgeois

Au Luxembourg, nous pouvons décompter 2563 produits labellisés Fairtrade en vente dans plus de 200 points de vente divers allant de la Boutique du Monde à l’épicerie de quartier, au grossiste ou bien au supermarché. 25 entreprises luxembourgeoises (preneurs de licence) sont autorisées à produire et/ou à vendre sous leur propre marque des produits labellisés Fairtrade. Au total, ce sont donc plus de 150 références luxembourgeoises qui répondent aux critères du commerce équitable.

Le produit Fairtrade, transformé au Luxembourg, qui a connu en 2017 une forte progression est le produit phare du commerce équitable, à savoir le café. Introduit au Luxembourg dès 1992, le café Fairtrade continue sa progression constante. Il représente aujourd’hui au Luxembourg un chiffre d’affaires de plus de 8,13 millions d’euros pour un volume de 336 tonnes, soit une augmentation de 4% par rapport à 2016. Quant aux torréfacteurs luxembourgeois, ils ont enregistré en moyenne une augmentation de 21% des ventes de leurs cafés Fairtrade, ce qui dans un contexte mondial difficile pour les producteurs de café est très encourageant. Effectivement, l’année passée, le cours mondial de l’arabica est descendu en deçà du prix minimum Fairtrade. Ce filet de sécurité qui procure un revenu plus stable et une sécurité de planification essentielle aux productrices et aux producteurs joue donc un rôle crucial. De plus, le changement climatique, qui a causé des pertes de récolte importantes, constitue un autre problème majeur. Grâce à l’augmentation des ventes de café Fairtrade, les primes générées par ces ventes augmentent et permettent aux coopératives d’investir dans divers projets visant à parer aux effets du changement climatique, à améliorer la qualité et la productivité ou encore à renforcer les structures.

Read more…