Tous les articles par fabienledecq

Le Cercle se réjouit d’accueillir sept nouvelles associations membres !

Lors de son assemblée générale du 15 mars dernier, les membres du Cercle de Coopération, la confédération des ONG de développement luxembourgeoises asbl, ont approuvé les demandes d’adhésion de sept associations : Agence pour la Coopération Scientifique Afrique Luxemburg asbl (ACSAL) Bonnievale Projects asbl Coopération Humanitaire asbl Life Projects 4 Youth asbl Philippines Luxembourg Society asbl […]

Lors de son assemblée générale du 15 mars dernier, les membres du Cercle de Coopération, la confédération des ONG de développement luxembourgeoises asbl, ont approuvé les demandes d’adhésion de sept associations :

  • Agence pour la Coopération Scientifique Afrique Luxemburg asbl (ACSAL)
  • Bonnievale Projects asbl
  • Coopération Humanitaire asbl
  • Life Projects 4 Youth asbl
  • Philippines Luxembourg Society asbl
  • Stop Aids Now – San Access asbl
  • Regards d’Enfants d’Ethiopie asbl

Le Cercle compte désormais 82 associations membres[1].

Le Conseil d’administration du Cercle est dorénavant composé des personnes suivantes :

  • Président : Armand Drews (ONG OGBL) ;
  • Vice-président : Camille Schneider (Objectif Tiers Monde) ;
  • Trésorière : Denise Richard (Partage.lu) ;
  • Secrétaire : Jacques Dahm (Eng Breck mat Latainamerika) ;

Autres membres :

  • Francisco Benavente (Association Luxembourg – Pérou asbl);
  • Thierry Defense (SOS Faim);
  • Richard Graf (ASTM);
  • Charlotte Heldenstein (Caritas);
  • Roland Jaeger (Terre des Hommes Luxembourg) ;
  • Serge Kollwelter (ASTI);
  • Magali Paulus (Frères des Hommes) ;
  • Agnès Sabattini (SOS Sahel asbl) ;

 

Déménagement vers de nouveaux bureaux :

Le Cercle est également fier de pouvoir annoncer qu’il déménagera son secrétariat vers de nouveaux bureaux situés au Grund. Ceci permettra au Cercle d’offrir à ses membres une salle polyvalente et une salle de réunion pour leurs évènements et activités. L’inauguration officielle aura lieu le 2 mai. Une invitation suivra prochainement.

Contact

Christine Dahm, directrice

Téléphone : 26 02 09 11 ; christine.dahm@cercle.lu

[1] http://cercle.lu/presentation-des-ongd/


Luxemburger EU-Parlamentarier müssen in Sachen CETA ihre Verantwortung übernehmen

NEIN zu CETA am 15. Februar beim entscheidenden Votum im EU-Parlament – JA zu einem mit den BürgerInnen! Am kommenden Mittwoch, den 15. Februar, findet das Votum zu CETA im Straßburger EU-Parlament statt. Es geht nächste Woche nicht mehr und nicht weniger darum, ob das Europaparlament seine Zustimmung zu CETA geben wird oder nicht! So […]

NEIN zu CETA am 15. Februar beim entscheidenden Votum im EU-Parlament – JA zu einem mit den BürgerInnen!

Am kommenden Mittwoch, den 15. Februar, findet das Votum zu CETA im Straßburger EU-Parlament statt. Es geht nächste Woche nicht mehr und nicht weniger darum, ob das Europaparlament seine Zustimmung zu CETA geben wird oder nicht! So wie es derzeit aussieht, wird es auf jede Stimme ankommen….

Die Luxemburger Stop CETA/StopTTIP-Plattform richtet – ebenso wie breite Kreise der Zivilgesellschaft und über 3,5 Millionen Menschen europaweit – einen eindringlichen Appell an die EU-Parlamentarier, mit NEIN zu stimmen.

CETA ist keine akzeptable Antwort auf Isolationismus und Protektionismus, im Gegenteil. Nur Handelsverträge, die im Interesse von Mensch, Umwelt und Natur gestaltet sind, bieten echte Zukunftsperspektiven.

Seit Sommer 2016 wird europaweit der „CETA-Check“ durchgeführt. BürgerInnen können dabei konkrete Fragen zu CETA an ihre Europa-Parlamentarier richten, weit über 120.000 BürgerInnen beteiligten sich europaweit an der Aktion, 750 in Luxemburg. Das Verhalten der Luxemburger EU-Parlamentarier ist dabei schlichtweg beschämend: Lediglich Claude Turmes stellte sich den Fragen und nimmt die Bürger in ihren Überlegungen ernst. Den anderen fünf Parlamentariern waren die Anfragen der Bürger bis dato während Monaten keine Antwort wert!!

So fördert man nicht das Vertrauen in die EU und in die Politik. Wer derart handelt, muss sich nicht wundern, dass die Entfremdung zwischen Politik und Gesellschaft zunimmt. Die Luxemburger Stop CETA/StopTTIP-Plattform möchte alle BürgerInnen auffordern, dieses Verhalten der Luxemburger Parlamentarier nicht hinzunehmen, sich dennoch am CETA-Check zu beteiligen und eine Anfrage zu schicken: https://cetacheck.stop-ttip.org/de/.

CETA missachtet auf flagrante Art und Weise Menschenrechte, soziale, Umwelt-, Gesundheits-, Verbraucherstandards und die Interessen der Entwicklungsländer! Unsere Demokratie und unser Rechtsstaat würden erheblich geschwächt: die Interessen von Multinationalen würden über jene der Allgemeinheit gestellt (diese erhalten u.a. umstrittene Klagerechte gegen Staaten). Auch öffentliche Dienstleistungen wären nicht ausreichend geschützt. Das CETA-Abkommen würde de facto eine grundsätzliche Infragestellung unseres gesamten Werte- und Rechtssystems bedeuten. CETA ist nicht wesentlich besser als TTIP! Gerade in den vergangenen Monaten wurde diese Analyse immer wieder von wissenschaftlichen Instituten, Universitäten, Juristen usw. bestätigt.

Leider stehen die Karten nicht gut, dass die Luxemburger EU-Parlamentarier im Sinne der Zivilgesellschaft und der über 3,5 Millionen Menschen europaweit handeln, die sich ausdrücklich gegen CETA ausgesprochen haben. Lediglich Claude Turmes bekennt sich zu einem Nein!

Auch den Europa-Abgeordneten muss klar sein, dass die populistischen Tendenzen durch unsoziale und unökologische Verträge Aufwind erhalten werden! Selbst wenn Trump das Freihandelsabkommen zwischen der EU und den USA TTIP ablehnen sollte, darf dies jetzt nicht als Vorwand missbraucht werden, um einen schlechten CETA-Vertrag zu befürworten!

Nur Handelsverträge, die im Interesse von Mensch und Umwelt / Natur ausgestaltet sind, bieten echte Zukunftsperspektiven und erlauben einen Ausweg aus der heutigen Sackgasse. Gerade deshalb ist das NEIN zu CETA ein wichtiges Signal und ein deutlicher Akt für Europa: für eine solidarische Weltgemeinschaft und für nachhaltige Handelsverträge.

 

Plattforme Stop CETA an TTIP

Action Solidarité Tiers Monde
Aleba
Bio-Lëtzebuerg – Vereenegung fir Bio-Landwirtschaft Lëtzebuerg Asbl
Caritas Luxembourg
Cercle de coopération des ONG de développement
CGFP
Fairtrade Luxembourg
FGFC
FNCTTFEL
Greenpeace Luxembourg
Initiativ Liewensufank
LCGB, Lëtzebuerger
Jongbaueren a Jongwënzer Asbl
Mouvement Ecologique a.s.bl.
natur&ëmwelt a.s.b.l.
OGBL
Syprolux
Stop TAFTA Luxembourg
Union luxembourgeoise des consommateurs
Union Syndicale Fédérale


Signature de sept accords-cadres de développement

Lors de la conférence de presse qui a eu lieu le 18 janvier 2017 à la Direction de la coopération au développement, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, a signé sept accords-cadres de développement avec les organisations non gouvernementales de développement (ONGD) suivantes : Bridderlech Deelen (BD), Aide Internationale de la […]

Lors de la conférence de presse qui a eu lieu le 18 janvier 2017 à la Direction de la coopération au développement, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, a signé sept accords-cadres de développement avec les organisations non gouvernementales de développement (ONGD) suivantes : Bridderlech Deelen (BD), Aide Internationale de la Croix-Rouge luxembourgeoise (CR), CARE in Luxembourg (CIL), Chrisitian Solidarity International Luxembourg (CSI), ECPAT, PADEM et SOS Villages d’Enfants Monde (SOSI).

Ces 7 accords-cadres représentent une contribution totale du ministère de 30.819.167,56 euros couvrant la période 2017-2021.

Géographiquement, les activités des accords-cadres se situent dans 3 pays en Amérique centrale et latine (Bolivie, Guatemala, Brésil), 8 en Asie (Inde, Laos, Myanmar, Bangladesh, Vietnam, Sri-Lanka, Ouzbékistan, Népal), 14 pays en Afrique (Sénégal, Niger, RD Congo, Burundi, Burkina Faso, Mali, Rwanda, Kenya, Cameroun, Sud-Soudan, Tanzanie, Cap-Vert, Guinée, Maroc).

Les activités des ONGD signataires sont axées sur les thématiques suivantes : le renforcement des sociétés civiles pour défendre et promouvoir les droits de l’homme, l’amélioration durable de l’habitat familial et communautaire des populations fragiles, l’amélioration de la santé maternelle et infantile et de la sécurité alimentaire, l’accès à une éducation de base, les droits liés à la protection des enfants contre toute exploitation sexuelle à des fins commerciales, l’amélioration des conditions de vie des enfants vulnérables, les droits de l’enfant.

Lors de cet évènement, il a été rappelé que la Coopération luxembourgeoise est l’une des coopérations qui réserve une grande partie de son aide publique au développement pour les ONGD.

Il faut par ailleurs souligner que depuis la révision des Conditions générales en 2016 les accords-cadres doivent désormais adopter une approche programme cohérente, orientée sur les résultats, visant une concentration des ressources pour un impact maximal sur le terrain. 

source: gouvernement.lu


Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale

Seuls huit hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité, selon un rapport publié aujourd’hui par Oxfam à l’occasion de la rencontre annuelle de l’élite politique et économique à Davos.  Ce nouveau rapport, intitulé « Une économie au service des 99 % », […]

Seuls huit hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité, selon un rapport publié aujourd’hui par Oxfam à l’occasion de la rencontre annuelle de l’élite politique et économique à Davos. 

Ce nouveau rapport, intitulé « Une économie au service des 99 % », montre que l’écart entre les riches et les pauvres est beaucoup plus important qu’on ne le craignait. Il illustre en détail comment les grandes entreprises et les plus fortunés alimentent la crise des inégalités en éludant l’impôt, en réduisant les salaires et en utilisant leur pouvoir pour influencer la politique. Il préconise donc des changements fondamentaux dans la façon dont nous gérons nos économies afin que celles-ci servent l’ensemble de la population, et non une poignée de privilégiés seulement.

De nouvelles données plus précises sur la répartition des richesses dans le monde, en particulier en Inde et en Chine, indiquent que la moitié la plus pauvre de la population mondiale possède une part des richesses plus réduite que l’on ne pensait. Si ces données avaient été disponibles l’an dernier, elles auraient montré que neuf milliardaires détenaient autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité, et non 62 comme l’avait calculé Oxfam.

Pour Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, « il est indécent que tant de richesses soient détenues par si peu de monde, quand une personne sur dix survit avec moins de 2 dollars par jour. Les inégalités enferment des centaines de millions de personnes dans la pauvreté, fracturent nos sociétés et affaiblissent la démocratie. » 

Lire la suite sur le site OXFAM


Le projet en consortium sensibilisation « ROADMAP ODD 4.7. »

Une dizaine d’ONG actives en éducation au développement (ED) se sont mis en consortium en en septembre pour soumettre un projet de cofinancement au MAE. Le projet « Roadmap ODD 4.7 » a débuté fin septembre 2016 jusqu’au 31 janvier 2017, cofinancé par le MAE. L’Objectif du développement durable (ODD) 4.7. est de : « Garantir, d’ici 2030, […]

Une dizaine d’ONG actives en éducation au développement (ED) se sont mis en consortium en en septembre pour soumettre un projet de cofinancement au MAE. Le projet « Roadmap ODD 4.7 » a débuté fin septembre 2016 jusqu’au 31 janvier 2017, cofinancé par le MAE.

L’Objectif du développement durable (ODD) 4.7. est de : « Garantir, d’ici 2030, à tous les élèves des connaissances et des compétences requises pour la promotion du développement durable, notamment grâce à l’éducation en faveur du développement et des modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté globale et de l’appréciation de la diversité culturelle, ainsi que de la contribution culturelle au développement durable ».

Dans ce cadre, le projet vise:

(1) A faire un „état des lieux“ de ce qui existe comme documents positionnant l’éducation au développement (ED), l’éducation au développement durable (EDD) et l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM), pour dégager un langage commun entre les ONG ;

(2) Le besoin de mieux cerner le milieu socio-éducatif au Luxembourg en clarifiant qui sont les acteurs et quel est leur cadre de travail ce qui permettra aux ONG d’adapter leurs offres pédagogiques pour sensibiliser les (mêmes) publics de manière plus efficace et efficiente; en vu de l’atteinte de l’ODD 4.7.

De ce fait, un travail de recherche et de concertation des acteurs du milieu socio-éducatif permettra de disposer d’une cartographie de ces acteurs et d’un document regroupant leur stratégie d’action au Luxembourg. Un questionnaire sera réalisé et les associations seront contactées par Brainiact pour être sondées.

Ce projet a pour ambition de servir de base de travail à toutes les ONG actives dans la sensibilisation et l’éducation au développement au Luxembourg, ainsi qu’aux différents acteurs concernés par ce domaine. Il permettra aux ONG et autres acteurs socio-éducatifs de se baser sur les résultats de ce projet adapter leurs offres en sensibilisation/ED et leurs futurs programmes de travail et de développer d’avantages de projets complémentaires intersectoriels. Par exemples : coffres pédagogique, offres de formations et séminaires sur « L’Education à la citoyenneté mondiale (ECM) et l’éducation au développement durable (EDD) pour les acteurs de l’éducation formelle, non-formelle et informelle.

Nous nous réjouissons d’avance pour vos contributions et pour les résultats de ce travail.

 

 

-> PLUS DE  DETAIL SUR LE PROJET EN CONSORTIUM SENSIBILISATION « ROADMAP ODD 4.7. »

Pourquoi développer un langage commun entre les ONG ?

Le projet « Roadmap ODD 4.7 vise à définir une base de travail commune dans laquelle toutes les ONGD actives dans l’éducation au développement et la sensibilisation au Luxembourg se retrouvent. Attention, il n’est pas souhaitable de réduire les différentes spécificités des ONGD dans un cadre trop strict.

A travers le lancement d’une grille permettant de reformuler une définition commune et à travers des focus groups qui vont permettre de valider ce langage autour de repères méthodologiques et sémantiques partagés, nous allons poser les bases pour ensuite construire une stratégie, un concept stratégique commun que les ONGD pourront s’approprier selon leurs besoins dans leur travail au Luxembourg.

Dans un premier temps, il s’agira de mettre à plat les diverses définitions de l’éducation au développement (ED), l’éducation au développement durable (EDD) et l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM),, sans oublier de faire référence au travail avec les partenaires du Sud. Ensuite, il faut réunir les notions utilisées dans le milieu de l’ONGD et dans le milieu socio-éducatif, afin de trouver des points d’ancrage pour faciliter la communication entre les secteurs.

 

Contexte du projet :

L’établissement des nouveaux Objectifs du développement durable de l’Agenda 2030 amène un cadre de travail commun pour divers secteurs de travail, notamment de la coopération au développement, du développement durable et du secteur socio-éducatif. A travers les 17 objectifs du développement durable et en particulier l’objectif 4.7, le travail de sensibilisation et d’éducation au développement prend une nouvelle tournure et doit s’adapter à un contexte changeant et plus vaste de la citoyenneté mondiale et intégrer d’autres acteurs en vu d’atteindre les objectifs ambitieux. Il convient de repositionner l’ED dans les autres secteurs socio-éducatifs pour augmenter l’efficience et la cohérence des actions des acteurs qui cibles souvent le même public. Une réflexion stratégique est nécessaire pour en dégager des bases de travail communes au niveau „méta“ de tous les acteurs concernés, les intervenants et praticiens, les publics-cibles, les politiciens et les instances de ces différents secteurs.

 

Défis

L’éducation au développement est très sectorisé au Luxembourg et souffre d’un manque de liens avec les acteurs du Luxembourg. Un autre problème identifié par les ONGD est le faite que les enseignants ne font pas de différences entre les différentes ONG. En 2012, un recueil des ONG actives en ED et en EDD a été élaborés pour aider les enseignants à y voir plus clair sur le sérieux de l’offre éducative proposée par les acteurs externes à l’école. Ce cadre n’a pas été utilisé par les différents acteurs concernés et donc n’a pas pu être utile pour rassembler les acteurs dans des projets communes.

Il existe un comité interministériel de l’EDD au Luxembourg. Hélas, ce dernier ne comprend pas un seul membre des ONGD. Le Ministère du Développement durable et des Infrastructures (MDDI) aborde aussi cette question, à savoir comment intégrer la société civile dans le développement durable.

 

Documents et repères proposés

Puisque le projet s’inscrit dans l’atteinte de l’objectif de développement durable (ODD) 4.7, indiqué ci-dessous, celui-ci peut être utilisé comme repère, comme cadre national et international, auquel on peut ajouter des éléments si nécessaire.

« Garantir, d’ici 2030, à tous les élèves des connaissances et des compétences requises pour la promotion du développement durable, notamment grâce à l’éducation en faveur du développement et des modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté globale et de l’appréciation de la diversité culturelle, ainsi que de la contribution culturelle au développement durable ».

Une autre base de travail est fournie par le Ministère des Affaires étrangères et européennes qui définit les conditions générales régissant les relations contractuelles entre le Ministère des Affaires étrangères et les organisations non gouvernementales de développement. Il fait la différence entre des projets de sensibilisation et des projets d’organisation des espaces citoyens et détermine des critères détaillés pour chaque type.

Il y a également des documents qui positionnent l’ED, l’EDD et l’ECM dans le milieu socio-éducatif, comme la loi sur la jeunesse, les « lignes directrices sur l’éducation non formelle des enfants et des jeunes » élaborées par le Ministère de la Famille et de l’Intégration et le « Concept pédagogique des foyers scolaires » de la Ville de Luxembourg. Ces documents donnent un cadre et une légitimité aux ONGD pour pouvoir agir dans le milieu socio-éducatif. Ainsi, l’intégration des ONGD comme acteurs est assurée. Il faut maintenant s’approprier ces documents et concrétiser les concepts pédagogiques des ONG dans l’objectif d’une stratégie commune.

Il existe aussi un agrément qui permet de donner des formations dans le secteur informel. Ainsi, les ONGD et leurs partenaires pourraient former des multiplicateurs dans le milieu socio-éducatif pour renforcer leur engagement au Luxembourg.

Différents publics sont ciblés dans ce projet, avec une attention particulière pour les acteurs du milieu de l’éducation formelle, informelle et non formelle au Luxembourg :

  • Les ONGD,
  • Les associations et groupements (par exp. Transition Minett, CELL, Meco, Natur&Umwelt) actifs dans le développement durable, l’environnement, les Droits humains, intervenants contre l’exclusion sociale, etc
  • Le domaine de la jeunesse (par exp. CGJL, parlement des jeunes, CNEL, Egmj…)
  • Les chercheurs (par exp. Lu),
  • Le système éducatif (par exp. écoles)
  • Le milieu socio-pédagogique (par exp. Maisons relais, Maisons de jeunes)
  • Le milieu socio-culturel

Sont également ciblés, les décideurs et instances politiques concernés par l’ED, EDD, ECM :

  • MAEE
  • MDDI
  • MEN et institutions paraétatiques (entre-autres Zentrum für politische Bildung, Uni.Lu, SNJ, Centre Hollenfels, IFEN)
  • Le Comité interministériel pour la coopération au développement
  • Le Conseil supérieur pour un développement durable

Les enseignants, les éducateurs sociaux, les animateurs socio-pédagogiques et socio-culturels sont pour les ONG des acteurs-relais avec lesquels elles souhaitent collaborer plus étroitement pour atteindre leurs publics cibles.

 

De septembre 2016 à janvier 2017 :

  • Recherche et analyse de documents existants afin de composer un dossier « Etat des lieux » de l’ED en lien avec l’EDD et l’éducation à la citoyenneté mondiale au Luxembourg
  • Elaboration d’une enquête pour questionner (tous) les acteurs du milieu socio-éducatif au Luxembourg (lien avec l’Eurobarometre de September 2014 sur l’Année européenne pour le développement et d’autres sondages concernant le sujet)
  • Consultation/sondage approfondi avec des focus-groupes
  • Recommandations et rapport final

 

ONGD participantes:

  • ASTM/CITIM,
  • Cercle de coopération des ONGD
  • Caritas
  • Comité pour une Paix Juste au Proche Orient – CPJPO
  • Ecpat
  • Fondation Chrétiens pour le Sahel
  • Frères des Hommes Luxembourg – FDH
  • Kindernothilfe Luxembourg
  • Padem
  • SOS Villages d’enfants Monde

Participation indirecte : Aide à l’enfance de l’Inde, SOS Faim Luxembourg, Handicap International, Fondation Follereau

Prestataire de services : Brainiact


Consommons équitable, biologique et local

En cette période de festivités, Frères des Hommes lance sa nouvelle campagne pour la promotion de l’agro-écologie et la consommation responsable. L’ONG de développement, en collaboration avec Bamhaus – groupement d’artistes indépendants qui a assuré la réalisation – lance un spot très ludique et dans l’air du temps. C’est à la fois un sympathique message […]

En cette période de festivités, Frères des Hommes lance sa nouvelle campagne pour la promotion de l’agro-écologie et la consommation responsable. L’ONG de développement, en collaboration avec Bamhaus – groupement d’artistes indépendants qui a assuré la réalisation – lance un spot très ludique et dans l’air du temps. C’est à la fois un sympathique message d’alerte et une indication d’une autre voie que chacun pourrait prendre, plus profitable à tous.

 

En cette période de fêtes et avant de remplir nos caddies, ce sympathique appel, ne mérite-t-il pas réflexion?

Pour ce Noël, Frères des Hommes appelle toute personne à réaliser un geste de solidarité avec les populations du Sud, qui ne lui coutera qu’un clic : partager cette vidéo sur ses réseaux sociaux, ses sites internet, ses blogs, ses réseaux internes d’entreprises et tout écran où qu’il se situe.

 


Survival of the richest: Europe’s role in supporting an unjust global tax system 2016

After a wave of international tax scandals, the group of European governments in favour of greater tax transparency is finally beginning to grow. However, the battle is not yet won, as a number of governments remain opposed. Meanwhile, on the issue of stopping tax dodging by multinational corporations, the picture is more worrying. Despite the […]

After a wave of international tax scandals, the group of European governments in favour of greater tax transparency is finally beginning to grow. However, the battle is not yet won, as a number of governments remain opposed.

Meanwhile, on the issue of stopping tax dodging by multinational corporations, the picture is more worrying.
Despite the LuxLeaks scandal, the number of secret ‘sweetheart deals’ between European governments and
multinational corporations is skyrocketing.

European governments also continue to sign very problematic tax treaties with developing countries. These treaties can help to facilitate corporate tax dodging and impose restrictions on tax systems in developing counties. The bottom line is that these countries keep paying a high price for a global tax system that they did not create. 
 
Sadly, this report shows that the vast majority of decision makers in Europe remain strongly opposed to the idea of giving the poorest countries a seat at the table when global tax standards are decided.
 
You can find the executive summary here.
 
std_2016_traffic_lights

Déclaration du Ministre R. Schneider sur la politique de coopération au développement.

Dans sa déclaration sur la politique de coopération au développement prononcée le 23 novembre 2016 à la Chambre des députés, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, a réaffirmé le maintien du cap fixé par le programme gouvernemental, à savoir l’investissement de 1% du RNB dans la coopération au développement et […]

Dans sa déclaration sur la politique de coopération au développement prononcée le 23 novembre 2016 à la Chambre des députés, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, a réaffirmé le maintien du cap fixé par le programme gouvernemental, à savoir l’investissement de 1% du RNB dans la coopération au développement et l’action humanitaire, et ce au profit de la lutte la pauvreté.

Le Luxembourg fait le choix politique de continuer à appliquer l’additionnalité des fonds pour le climat et de ne pas comptabiliser de dépenses liées à l’accueil des réfugiés au Luxembourg dans son aide publique au développement. Le ministre Schneider a souligné que pour ce qui est de la migration il n’y a donc pas de solution toute faite et que ce phénomène continuera de poser des défis à l’avenir.

Le ministre a annoncé une refonte des ses instruments de la coopération luxembourgeoise pour tenir compte du changement de paradigme que constitue l’Agenda 2030 et pour devenir plus efficace de manière générale.

Romain Schneider a souligné qu’une nouvelle ère de super-cohérence doit être entamée, dans laquelle la coopération au développement doit devenir une partie inhérente de toutes les politiques sectorielles et dans laquelle les politiques intérieures et la politique extérieure ne peuvent plus être dissociées.

La Coopération luxembourgeoise doit donc se doter d’une nouvelle stratégie générale, qui décrira les objectifs, méthodes de travail, choix des pays partenaires et priorités de la coopération luxembourgeoise, et aussi sa manière de travailler ensemble avec les autres secteurs, tels que les finances, l’environnement, la santé etc.

Le ministre a argumenté que la Coopération luxembourgeoise doit rester présente sur les trois continents – l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine. Cette présence diplomatique constitue également un enrichissement pour la politique étrangère du Luxembourg, bien au-delà de la coopération.

Le ministre Schneider a rappelé le rôle important que jouent les 93 ONG luxembourgeoises disposant d’un agrément et a précisé quelles modifications ont été apportées récemment à la collaboration entre ministère et ONG.

Il a en outre expliqué que le ministère développe plus activement que par le passé son partenariat avec le secteur privé. Afin d’encourager les entreprises à pénétrer de nouveaux marchés, la Coopération luxembourgeoise a lancé en avril 2016, la Business Partnership Facility, dotée d’un budget d’un million d’euros par an, pour les trois prochaines années. Il a également rappelé les récentes mission économiques au Cabo Verde, au Sénégal et en Ethiopie.

Le ministre a finalement expliqué que le Luxembourg assumera la présidence du MOPAN, le « Multilateral Performance Assessment Network » en 2017. L’année prochaine la qualité et l’efficacité du travail de la Coopération luxembourgeoise seront examinées par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à travers la traditionnelle revue des pairs qui a lieu tous les 4 ans.

Le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire a conclu son intervention en remerciant le Comité interministériel pour la coopération au développement et l’ensemble de ses membres qui, au cours des dernières années, se sont engagés activement en faveur du renforcement de la cohérence des politiques, et qui ont publiés des avis à ce sujet. Il a également remercié son équipe au ministère, ses collègues sur le terrain, Lux-Development, les ONG, les volontaires et professionnels. Malgré les risques de sécurité, le terrorisme, des putschs militaires, le Zika, la malaria, la dengue et bien d’autres fléaux, la Coopération luxembourgeoise a et continuera à œuvrer pour mettre en place des capacités durables pour que les pays en développement puissent de mieux en mieux s’aider eux-mêmes.

source: gouvernement.lu

 


DIDDELENG HËLLEFT KACHEN

Ce livre vous fait découvrir des recettes du Luxembourg et de différents pays à travers le monde. Ce sont des recettes proposées par des personnes connues et des personnes moins connues, des membres de notre association, des donateurs, ainsi que des personnes originaires de pays où Diddeleng Hëlleft soutient des projets humanitaires. En plus du […]

Ce livre vous fait découvrir des recettes du Luxembourg et de différents pays à travers le monde. Ce sont des recettes proposées par des personnes connues et des personnes moins connues, des membres de notre association, des donateurs, ainsi que des personnes originaires de pays où Diddeleng Hëlleft soutient des projets humanitaires.

En plus du livre, Diddeleng Hëlleft a créé un tablier de cuisine très tendance, de couleur noire ou blanche, dans le cadre des activités du 20ème anniversaire de l’association. Les recettes de la vente du livre et du tablier sont reversées intégralement en faveur des projets soutenus par Diddeleng Hëlleft.

Diddeleng Hëlleft a.s.b.l. a été créée en 1995 pour soutenir des associations-partenaires luxembourgeoises dans la réalisation de leurs projets en Amérique Latine, en Afrique, en Asie et dans d‘autres pays en voie de développement.

Ce livre de cuisine, en langue française, peut être commandé au prix de € 27. Le tablier coûte € 23. En achat cumulé, livre et tablier, l’ensemble coûte € 45.

Plus de renseignements par mail

diddelenghelleft@dudelange.lu

Commande par virement bancaire sur un des comptes bancaires ci-après:

                                               BCEE                                    LU91 0019 7200 0114 9000

                                               BIL                                        LU58 0029 5100 6313 7100

                                               BGL BNP PARIBAS           LU61 0030 4034 6273 0000

                                               CCPL                                                LU91 1111 1209 9940 0000

avec la mention „Livre et/ou tablier (préciser la couleur svp) 20ème anniversaire“

 


Règlement européen sur l’approvisionnement responsable en minerais : l’UE s’apprête à affaiblir (à nouveau) le futur Règlement

Le Réseau européen pour l’Afrique Centrale (EurAc)1 demande aux représentants des Etats membres et du Parlement européen qui participent actuellement au trilogue de revoir leur copie sur l’établissement de la « Liste blanche » des fonderies et raffineries certifiées « responsables », et sur la définition des seuils d’exemption pour les « petits » volumes […]

Le Réseau européen pour l’Afrique Centrale (EurAc)1 demande aux représentants des Etats membres et du Parlement européen qui participent actuellement au trilogue de revoir leur copie sur l’établissement de la « Liste blanche » des fonderies et raffineries certifiées « responsables », et sur la définition des seuils d’exemption pour les « petits » volumes de minerais et de métaux des « 3T »2 et d’or importés au sein de l’Union Européenne (UE). Il en va de l’efficacité générale du Règlement, mise à mal par ces dispositions qui en réduiront l’impact tant en termes de vérification des risques dans les chaines d’approvisionnement des importateurs que de lutte contre l’enrichissement de groupes armés par le commerce des minerais couvert par le Règlement. EurAc regrettent aussi à la décision prise en juin 2016 de produire une liste indicative des zones de conflit ou à haut risque, dont les effets sur les efforts attendus de la part des entreprises seraient néfastes et qui stigmatiserait, une fois plus, la République Démocratique du Congo (RDC).

La Commission, le Parlement et le Conseil de l’UE sont en passe de conclure le trilogue relatif au futur Règlement européen sur l’approvisionnement responsable en minerais provenant des zones de conflit ou à haut risque. Pour rappel, le Parlement et le Conseil ont annoncé le 15 juin 2016 avoir conclu un accord politique sur les principaux points-clés du projet de Règlement. Le compromis trouvé rend obligatoire le système d’identification et de gestion des risques dans les chaînes d’approvisionnement (aussi appelé « diligence raisonnable »), mais uniquement pour les importateurs de minerais et métaux des 3T et de l’or3.

La conclusion des discussions techniques au sein du trilogue découlant de l’accord politique de juin 2016 entre le Parlement et le Conseil est attendue le 22 novembre. Selon nos informations, ces discussions ouvrent la voie à plusieurs nouvelles failles introduites par le biais de deux mécanismes prévus dans le Règlement : (1) l’établissement d’une « Liste blanche » des fonderies et raffineries dites « responsables » (ci-après « Liste blanche »), et (2) l’introduction d’une exemption pour les importateurs de « petits volumes » de minerais et de métaux.

Télécharger le communiqué de presse.