Méi Fair Politics, fir méi Impakt

COMMUNIQUE DE PRESSE. Ce mois d’octobre, le Cercle de Coopération des ONG de développement (Cercle) lance sa campagne « Mois spécial Fair Politics »[1]. Il appelle à plus de cohérence des politiques pour le développement (CPD) et adresse des revendications concrètes aux pouvoirs politiques. Télécharger PDF Qu’est-ce que la cohérence des politiques pour le développement ? La cohérence […]

COMMUNIQUE DE PRESSE.

Ce mois d’octobre, le Cercle de Coopération des ONG de développement (Cercle) lance sa campagne « Mois spécial Fair Politics »[1]. Il appelle à plus de cohérence des politiques pour le développement (CPD) et adresse des revendications concrètes aux pouvoirs politiques.

Télécharger PDF

Qu’est-ce que la cohérence des politiques pour le développement ?

La cohérence des politiques pour le développement (CPD) vise à éviter que l’impact de coopération au développement ne soit réduit ou contrecarré par d’autres mesures politiques (par ex. dans le domaine de l’agriculture, du changement climatique, de l’investissement, de la fiscalité, du commerce, etc.).

Une campagne pour des politiques plus justes

Depuis quelques années déjà le Cercle se penche sur la cohérence des politiques pour le développement, comme en témoignent e.a. les baromètres « Fair Politics » publiés en 2012 en 2014. Ainsi, la campagne « Fair Politics » qui s’étend sur tout le mois d’octobre 2015 se place dans la continuité du plaidoyer et de la sensibilisation du Cercle. C’est dans ce contexte que le Cercle a examiné la mise en œuvre de la CPD au Luxembourg et en a déduit des revendications concrètes aux pouvoirs politiques.

Analyse sur la mise en œuvre de la Cohérence des politiques pour le développement au Luxembourg

Le Cercle félicite le gouvernement luxembourgeois d’avoir intégré dans son discours, son programme officiel et ses textes de loi la cohérence des politiques pour le développement.

Une instance compétente au Luxembourg – d’ailleurs le seul instrument mis en place pour se pencher sur la CPD – est le Comité interministériel pour la coopération au développement (CID). En appréciant l’existence de ce comité interministériel, le Cercle regrette que le gouvernement luxembourgeois ne se soit jusqu’à présent pas doté de mécanismes de coordination efficaces (au-delà du CID), ni de mécanismes de contrôle et d’évaluation adaptés, qui seraient à même de réellement faire avancer la mise en œuvre de la CPD au Luxembourg. Le discours progressiste du gouvernement n’est pas soutenu par un leadership politique conséquent.

Le Cercle demande[2]

… au gouvernement et au parlement luxembourgeois :

  • d’accompagner leur discours en faveur d’une cohérence des politiques pour un développement de leadership politique réel et d’actions concrètes pour mettre en œuvre la CPD,
  • de faire du développement équitable et durable une priorité fondamentale, déterminant toutes leurs politiques,

… au gouvernement :

  • de se doter de mécanismes de coordination appropriés et efficaces ayant un impact réel sur les décisions politiques au profit de la CPD,
  • de se doter de mécanismes de suivi et d’évaluation systématiques et efficaces, pour pouvoir juger ex-ante et ex-post de l’impact des politiques luxembourgeoises sur les populations des pays en développement, par exemple par des études d’impact indépendantes,
  • de réfléchir à un mécanisme d’arbitrage qui puisse faire la balance entre les intérêts nationaux et internationaux, accompagné d’un mécanisme de recours qui permette aux parties impactées par des incohérences des politiques luxembourgeoises de pouvoir en témoigner,

… à la Chambre des députés :

  • de systématiquement vérifier l’impact des projets de loi qu’elle propose (par exemple au moyen d’une fiche d’impact comparable à la fiche financière) et des lois qui lui sont soumises pour adoption sur les populations des pays en développement et sur l’environnement,
  • d’assumer davantage son rôle de contrôle du gouvernement en ayant un regard plus systématique sur la mise en œuvre de la CPD par le gouvernement,

… à tous les acteurs concernés (gouvernement, administrations, CID, Chambre des députés, société civile organisée, etc.) :

  • de prendre davantage en compte que – dans l’esprit de l’Agenda 2030 adopté en septembre 2015 par les 193 Etats membres des Nations Unies – la coopération au développement avec le Sud et le développement durable au Nord sont indissociables. L’objectif devrait être celui d’évoluer ensemble vers un développement équitable et durable global. Cela implique qu’à la CPD devra systématiquement être rajouté un « D » pour former la « cohérence des politiques pour le développement durable » (CPDD).

Pour plus d’informations :

Christine Dahm, directrice

(christine.dahm@cercle.lu), téléphone (+352 26 02 09 11).

[1] En octobre 2015, la CPD est au cœur de la plupart des événements, actions, publications, communications, etc. organisés ou soutenus par le Cercle. Pour plus d’informations voir www.fairpolitics.lu.

[2] L’avis complet du Cercle sur la mise en œuvre de la CPD au Luxembourg est disponible ici.

Banner Rectancle 300x80-cercle

Cette campagne europe est organisée dans le cadre du projet « Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union Européenne 2015 « S’engager en tant que société civile dans la mise en œuvre du nouveau cadre après 2015 et dans l’année européenne pour le développement » qui est financé par l’Union européenne.