2.5. Les Objectifs du Millénaire pour le Développement: Où se situe Cuba?

Deutsche Fassung zum herunterladen -* Dépliant d’information nr 16 de février 2006 édité par l’ONG mediCUBA Suisse Solidarité Luxembourg-Cuba a réalisé différents projets de coopération avec mediCUBA Suisse, en particulier le projet européen : Livraison de matières premières pharmaceutiques. Marianne Widmer est coordinatrice de projets de mediCUBA Suisse. —- Editorial Chères lectrices et chers lecteurs, […]

Deutsche Fassung zum herunterladen

-* Dépliant d’information nr 16 de février 2006 édité par l’ONG mediCUBA Suisse

Solidarité Luxembourg-Cuba a réalisé différents projets de coopération avec mediCUBA Suisse, en particulier le projet européen : Livraison de matières premières pharmaceutiques.

Marianne Widmer est coordinatrice de projets de mediCUBA Suisse.

—-

Editorial

Chères lectrices et chers lecteurs,

L’année passée, il a été beaucoup question des objectifs du Millénaire de l’ONU pour l’année 2015. En septembre, New-York accueillait une conférence qui avait pour but de tirer un bilan intermédiaire sur les progrès atteints. Les résultats sont sans illusion : Malgré quelques progrès ponctuels isolés, la majorité des pays du Sud est très loin de les atteindre.

Une fois de plus, la discussion et les débats autour du développement ont été très vifs : Les mesures ont été fortement critiquées par les pays donateurs, surtout par ceux qui cherchent par tous les moyens de réduire leur aide, en faisant reluire la responsabilisation des pays récepteurs. Plusieurs ONG, telles que la Déclaration de Berne, ont par contre mis le doigt sur les difficultés structurelles qui empêchent un développement social et économique : l’endettement, les conditions inégales des échanges commerciaux, la fuite des capitaux et les places financières.

Et où se trouve Cuba en ce qui concerne les buts visés ? Il n’y a pas de réponse linéaire à cette question, car Cuba a un degré de développement socioculturel qui est proche de celui de la Suisse alors que du point de vue économique, l’Ile se trouve dans le peloton des pays les plus pauvres d’Amérique latine. Les buts de l’ONU à Cuba sont atteints, mais en regardant de plus près, on se rend compte de sa fragilité économique et du sous-développement. Le blocus économique marginalise l’Ile cubaine et c’est pour cela que nous devons la soutenir! Aidez-nous à le faire, nous vous en remercions !

-* Marianne Widmer Eppel

Cuba a atteint les objectifs du Millénaire de l’ONU depuis longtemps, mais en y regardant de près, la fragilité économique, le sous-développement et la mise à l’écart politique sont perceptibles.

-* But no 1: Jusqu’en 2015 (en comparaison avec les chiffres de 1990), diviser par deux l’extrême pauvreté et le nombre de personnes sous-alimentées.

L’extrême pauvreté n’existe pas à Cuba. La majorité de la population vit dans une pauvreté relative : Toutes et tous ont accès aux ressources essentielles, soit la santé, l’instruction scolaire, le logement, l’eau potable et la sécurité sociale.

Pour accéder à une amélioration substantielle des biens au delà de la relative pauvreté ambiante, les cubaines et cubains doivent posséder des CUC (Pesos convertible) qui permettent les achats dans les points de vente à devises.

La faim, pour les cubaines et cubains, est apparentée à la période spéciale (« Período Especial »). Le gens se rappellent les années de crise du début des années 90 en disant : « Nous avons eu faim à cette époque ». La crise économique touchait directement la production alimentaire et Cuba doit encore aujourd’hui importer une partie des aliments.

Près d’un million de personnes des provinces de l’Est ont été bénéficiaires des programmes de l’ONU en aide alimentaire.

Les carences connues d’autres pays du Tiers-Monde n’ont pas été observées à Cuba. La sous-alimentation, l’augmentation de la mortalité infantile et périnatale, la vulnérabilité aux maladies infectieuses et la pérennisation des dommages physiques connus par la sous-alimentation n’ont pas atteint la population cubaine, car elles ne l’ont pas rencontrée en état d’extrême pauvreté. L’efficacité et l’équité de la distribution des rations d’aliments vitaux par le gouvernement, certes en dessous de la valeur en calories nécessaires, ont permis de dépasser le cap. Il reste aujourd’hui des programmes d’aide alimentaire pour une partie de la population très vulnérable1. La situation s’est largement normalisée, même si l’offre alimentaire souffre de lacunes quantitatives et qualitatives.

-* But no 2: Scolarisation complète de tous les enfants jusqu’en 2015.

Comme en Suisse, la scolarité obligatoire compte neuf années à Cuba. Il y a suffisamment d’écoles et de personnel enseignant afin de garantir une qualité de l’enseignement dans tout le pays, même dans les régions les plus éloignées.

Les droits des enfants sont garantis par la législation et Cuba bénéficie des structures nécessaires pour les faire appliquer.

-* But no 3: Eradication de l’inégalité entre filles et garçons à l’école primaire et secondaire ainsi que dans toute la formation jusqu’en 2015.

Plus de 50% des étudiant-e-s universitaires sont des femmes.

Les femmes sont plus présentes dans les professions académiques et à la fin de année 90, 35% de la force de travail était féminin, contrairement à la réalité sociale latino-américaine.

Ceci est du à la scolarité obligatoire, aux structures de formation réparties dans tous le pays et à la politique familiale et sociale qui favorise objectivement la participation des femmes au processus du travail. Mais la présence des femmes se réduit fortement à l’étage des cadres. Les femmes ont des salaires de 15 à 20% inférieurs, car elles sont plus fortement représentées dans les secteurs mal payés.

Le « Período Especial » a mis à rude épreuve les femmes au travail. Les maigres salaires et les difficultés d’approvisionnement n’incitaient pas à rester dans le métier. Les nécessités de tous les jours devenaient presque insurmontables : Se rendre au travail sans moyens de transport publiques ou privés, faire les achats et approvisionner la famille avec les biens nécessaires et s’occuper des soins des personnes âgées ou malades. Malgré ça, beaucoup de femmes avec une bonne formation ont maintenu leur emploi qui était pour elles indispensable, car il représentait un acquis. Beaucoup de femmes ont du réinventer des boulots auxiliaires afin de
pouvoir subsister et faire vivre leur famille : production d’aliments, aide-ménage ou taxiste, sous-location de chambre d’hôtes, musicienne ou professeure de danse pour touristes, écrivaine publique et beaucoup d’autres encore. Aujourd’hui, avec la normalisation de la situation, les femmes se préoccupent plus du résultat matériel de leur travail. Etre femme et avoir de moins bonnes perspectives pour cette raison est inimaginables pour les jeunes femmes cubaines.

-* Buts no 4 et 5: Abaisser de trois quarts la mortalité infantile des enfant de moins de 5 ans et la mortalité périnatale entre 1990 et 2015.

La mortalité enfantine jusqu’à 5 ans est de 7 enfants pour mille nouveaux-nés2 – en 1970 il y en avait encore 43. Une situation similaire prédomine pour la mortalité périnatale.

Des mesures en faveur de la santé, hygiène, formation et condition de vie stable pourraient abaisser sensiblement la douleur des femmes, enfants et familles partout dans le monde.

Mais si nous prenons l’exemple de l’ouragan en été 2004 qui dévasté des centrales électriques, cassé des mâts et endommagé des conduits à gaz, on peut facilement mesurer les difficultés qui en découlent : l’absence d’eau potable, d’électricité ou de gaz rend la vie très difficile et précarise les mesures d’hygiène domestique.

-* But no 6: Stopper la propagation du VIH/Sida, de la malaria et des maladies infectieuses jusqu’à 2015 et les faire reculer.

La malaria a été éradiquée à Cuba et les maladies infectieuses ne représentent plus de risques pour la santé, ce qui est démontré par le faible taux de mortalité infantile. Le VIH/Sida est perçu comme une grave menace, malgré une propagation relativement faible du virus. 6400 personnes vivent à Cuba avec une infection VIH pour une population de 11,3 millions d’habitant-e-s, en Suisse, elles sont 21000.(3)

Le nombre d’infections VIH augmente légèrement, malgré cela, nous pouvons partir du principe qu’elles vont diminuer d’ici 2015 et que Cuba devrait atteindre ce but.

-* But no 7: Diviser par deux le nombre de personnes qui n’ont pas d’accès durable à l’eau potable et qui ne bénéficient pas d’installations sanitaires adéquates.

L’accès à l’eau potable est garanti pour toute la population cubaine et selon l’UNICEF, 98% des personnes bénéfi- cient d’installations sanitaires. Les ménages ont des réchauds à gaz ou électriques afin de pouvoir faire bouillir l’eau. A la campagne, les ménages ont du bois pour combustible qui leur est fourni par l’Etat.

-* But no 8: Développement d’un partenariat mondial, par exemple par des systèmes d’échanges commerciaux et financiers ouverts, l’engagement à une bonne gestion de l’Etat et de l’administration, le désendettement des pays du tiers-monde.

L’embargo commercial des Etats-Unis marginalise Cuba dans ses échanges commerciaux et financiers. Cuba ne peut pas non plus espérer un fort partenariat avec la communauté européenne. Cuba n’a pas accès aux crédits internationaux et doit, par conséquence, payer cash ses importations, ceci restreint les importations mais évite aussi l’endettement.

Cuba a besoin de partenaires fiables et a lancé, ensemble avec le Vénézuela l’initiative ALBA (Alternativa Boliviana para Las Américas). Cette coopération pour l’Amérique latine a pour but de favoriser les populations durablement en échangeant les ressources naturelles, technologiques et humaines entre les pays afin de ne pas laisser la maximalisation des profits en main des multinationales.

-* Impressum: Texte et rédaction: Marianne Widmer, traduction: Philippe Sauvaz Photos: Linda Karrer, Marianne Widmer Grafique/impression: Imprimerie Peter & Co., Zurich

-1 Cuba a du importer dès 1992 du lait en poudre venant du marché mondial, car l’Allemagne avait résilié l’ancien contrat d’échange en sucre avec la RDA. Ceci, malgré une surproduction de lait en Allemagne !

-2 Suisse: 5.5

-3 Selon UNAIDS Sources: Marta Nuñez Sarmiento, Estrategias cubanas para el empleo femenino en los noventa. 2001 / Miriam Lang, Salsa Cubana – La danse des genres, émancipation et vie de tous les jours à Cuba. 2004 / Sönke Widderich, Les conséquences sociales du procesus de tranformation cubain. 2003.

www.who.org / www.unicef.org / www.unaids.org

mediCuba – Suisse

Langstrasse 187, Postfach 1774, 8031 Zürich,
Tel.+ Fax: 044 271 08 15

– , e-mail: info@medicuba.ch

– Bulletin Nr 16: Februar 2006